Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Lem
  • Le blog de Lem
  • : Parler de tout un peu, mais surtout de la ville historique et pittoresque de Kherrata. Merci de contribuer à l’enrichissement de ce blog.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

Texte Libre

5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 09:53

 

Kherrata : la doyenne de la région a tiré sa révérence…

 

 Image1.jpg

Elle s’appelle, elle s’appelait Bahri Hadda. Elle est née, elle était née au siècle dernier. Née… présumée en 1917. Cette semaine, le Créateur a décidé de la rappeler à Lui à l’âge de 96 ans. Presque centenaire. Peut-être plus, vu qu’à son époque on enregistrait les naissances longtemps après le premier vagissement du nouveau-né.

 

Dans la localité de Kherrata, qui ne connaît pas, qui ne connaissait pas Khalti Hadda ? Petits et grands, filles et garçons, tout le monde se souviendra pendant longtemps, au moins aussi longtemps que vécut la doyenne, de cette silhouette de très vieille femme dont le regard franc et la parole sûre forçaient le respect…

Comment oublier cette personne avenante qui vous disait « bonjour » avant que vous ne bougiez vos lèvres pour la saluer ? Comment oublier cette citoyenne, bibliothèque humaine ambulante, qui est née avant la première guerre mondiale, qui a vécu la deuxième, qui a connu les souffrances pendant les massacres du 8 mai 1945 et qui a subi l’oppression coloniale pendant la guerre de libération nationale ? Comment oublier cette femme qui guérissait à l’aide de soins traditionnels les maladies infantiles et qui, de ce fait, connaissait tous les foyers de la région de Kherrata ?

Sa descendance qui compte une demi-centaine d’âmes a eu le privilège de connaître, à travers les souvenirs de cette ancêtre, la vie des anciens et le passé mouvementé de l’Algérie de jadis. Malgré la vie moderne et les inventions techniques et scientifiques, Khalti Hadda a la nostalgie du temps passé quand on labourait la terre avec des bœufs et que l’on cueillait les fruits à son arbre et les légumes dans son jardin. Certes, la vie était difficile en ce temps-là, mais les relations humaines avaient un sens et la solidarité entre voisins n’était pas un vain mot. Alors qu’aujourd’hui dit-elle, disait-elle…

Repose en paix mère de Kherrata. Tes enfants ne t’oublieront pas…

Lem

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lem - dans Histoire
commenter cet article

commentaires