Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Lem
  • Le blog de Lem
  • : Parler de tout un peu, mais surtout de la ville historique et pittoresque de Kherrata. Merci de contribuer à l’enrichissement de ce blog.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

Archives

Texte Libre

8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 10:40

 

Interview (presque) imaginaire

 

 telechargement-copie-3.jpg

 

Inter… NIET

 

Monsieur le ministre de la poste et des télécommunications, votre ministère a-t-il un site ?

 

Bien sûr, et depuis déjà plusieurs années.

Je n’arrive pourtant pas à y entrer…

Curieux. Pourquoi donc ?

Parce que la connexion est défectueuse.

Avez-vous fait une réclamation auprès de l’Actel ?

Bien sûr. Régulièrement, chaque jour, chaque semaine et chaque mois.

 

Que vous répond-on alors ?

 

« Appelez le douze ». C’est la réponse automatique et itérative. Et quand j’appelle le douze, on me raccroche au nez ; c’est comme qui dirait « Douze M’3ahoum » (Pousse avec eux).

 

De quelle Actel régionale s’agit-il ?

 

De la région Algérie, monsieur le ministre.

 

Quoi ? Vous voulez-dire que ça ne fonctionne pas partout ?

 

Si, ça fonctionne le temps de le dire, puis plus rien… En matière d’internet, c’est plutôt « interflou ».

 

Peut-être n’avez-vous payé votre facture et…

 

Pardon de vous interrompre, monsieur le ministre, mais les factures (qui sont plutôt des fractures budgétaires) sont payées régulièrement, alors que les longues pannes subies par l’usager ne sont jamais remboursées. Autrement dit, nous payons du vent et récoltons la tempête…

 

Je vais voir cela de plus près même si je suis actuellement absorbé par l’avènement de la 3G.

 

Avec tout le respect que je vous dois, monsieur le ministre, il vaut mieux une G qui fonctionne qu’une 3G qui stationne.

 

Bon, je vais appeler tout de suite ce service. Allo, allo, la direction d’Actel ? Pas possible, personne ne décroche !

 

Je vous l’ai dit, monsieur le ministre, personne ne travaille, tout le monde a… décroché. Vous pouvez insister et appeler douze fois, vous verrez que tout est… combiné. Comme quoi, « allo » c’est à l’eau…

 

Ah, ils vont m’entendre !

 

Pardon monsieur le ministre, mais pour cela, il faut d’abord qu’ils écoutent. Vous pouvez insister, il n’y aura aucun « Djaweb ». Sans vouloir être ironique, pour moi Actel fait penser à un nœud, une dispute ou un blocage. Je vous dis cela parce les anagrammes de cette appellation sont : lacet, éclat, tacle…

 

            Lem

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 19:24

 

imagesQ.jpeg

 

 

Le journaliste
Qu’est-ce qu’un état de siège ?

Le dépité

C’est un régime spécial pour faire perdre du poids à un corps mal constitué selon le point de vue du corps constitué.

Le journaliste
Qui met en place l’état de siège ?

Le dépité
C’est un Général en général qu’on charge avec des balles réelles pour mettre le désordre avec des ordres.

Le journaliste
Pourquoi instaure-t-on un état de siège ?

Le dépité
Souvent, c’est à cause de l’état du siège. Autrement dit, c’est pour protéger le siège de l’état et les tas de sièges.

Le journaliste
Vous voulez dire qu’un bon état peut se trouver un jour en mauvais état ?

Le dépité

Oui, surtout quand le ras-le-bol général pousse les enfants de la batterie à recharger leurs accus. On a alors une batterie anti « char ». (char veut dire disette en arabe)

Le journaliste
A défaut de manger, ils mâchent leur amertume ?

Le dépité
Oui, ces jeunes se soulèvent contre l’état malade qui a transformé le pays en nation alitée.

Le journaliste
Et si l’état proposait aux révoltés un dialogue de sous ?

Le dépité
Mais cela se traduit toujours par un dialogue de corps rompus et de sourds mouillés.

Le journaliste
Si j’ai bien compris, c’est donc à cause de l’ouïe que le pays est plongé dans le chaos et le K.O. ?

Le dépité
Oui, on peut même dire qu’ensuite le pays est dirigé par une main de fer sans faire.

Le journaliste
Alors entre s’ouvrir et souffrir, y a pas photo !

Le dépité
Pire, désormais tout devient cliché, négatif et épreuves !

Le journaliste
Mais pourquoi se battre à deux mains au lieu de se travailler en pensant à demain ?

Le dépité
Parce que tout cela est orchestré par des mains de frères dans un gang de vieux lourds.

Le journaliste
Une patrie pétrie, quoi !

Le dépité
Hélas, cet État qui est un beau pays sage est loin d’être un beau pays sage.

Le journaliste
Autrement dit, les colères nationales ont pris le dessus sur les couleurs nationales ?

Le dépité
Hé oui, quand on néglige son emblème qui est un drap beau, on se retrouve immanquablement dans de beaux draps.

Le journaliste
Et maintenant, comment sortir de ce coffre-fort qui est un véritable coffre rage ?

Le dépité

A mon avis, il faut mettre à nu toutes combinaisons en dévoilant les numéros qui sont à l’origine de cette fermeture éclair. Pour cela, il faut être ferme, dur et clair !

Le journaliste
En résumé, quelle est en votre définition de l’état de siège ?

Le dépité
L’état de siège est un régime anti social de sécurité sous ciel décrété quand un pays devient un vaisseau sans gain où il n’y a que déveine. 

Repost 0
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 16:33

SCÈNE DE… MÉNINGES

 

 index-copie-4.jpg

 

L’homme

La femme est l’incarnation du mal.  Désirant être l’égale de l’homme, mais ne pouvant pas faire le mâle, elle fait le mal. Ça rime peut-être, mais ça rime à rien !

 

La femme

C’est ce que tu viens de dire qui est mal.  Et à propos de rime, saches que tu es vraiment un maladroit pour quelqu’un qui prétend être un mâle adroit !

 

L’homme

Qu’est-ce que je disais !  Quand j’étais célibataire, tu me trouvais pas mal.  Maintenant que je t’ai épousée, voilà que tu ne me trouves plus mâle du tout !

 

La femme

Te rends-tu compte que tu es en train de dire du mal de la femme qui pourrait être la sœur, la mère... ?

 

L’homme

Ah çà !  Tu as raison, la femme c’est bien la mère, mais avec un « l » apostrophe.

 

La femme

Allons ne soit pas odieux.  Sans nous, les femmes, vous seriez bien malheureux, vous, les hommes !

 

L’homme

Encore une fois, tu as raison.  Sans vous, les femmes, nous serions vraiment des mâles heureux.

 

La femme

Tu ne vas pas me dire que tu n’es pas satisfait quand je prépare tes repas et fais tes repassages ?

 

L’homme

Tu sais, pour les repas, il te faut toujours une grande dépense pour faire une petite recette.  Quant au repassage, sans vouloir te froisser, tu repasseras comme on dit, car tout le monde peut le faire même sans fer.

 

La femme

Et les enfants, c’est peut-être toi qui les laves et les habilles ?  La vaisselle et la lessive, c’est encore toi qui t’en occupes !  Quand tu reçois tes amis, c’est toujours toi qui leur prépares le café !

 

L’homme

Arrête !  Arrête !  Sinon tu vas me dire que tu mâches aussi ma nourriture !  Chacun a un rôle à jouer dans un foyer. 

Et en ce qui nous concerne, toi tu parles et moi je dégoûte.

 

La femme

Là, tu exagères ! 

Si moi je suis une femme, toi tu es plutôt infâme !

 

L’homme

Mais c’est toi qui as dit oui pour le nom !

 

La femme

Écoute, si je n’ai pas dit non, c’était pour ménager ton ouïe.

 

L’homme

J’ai demandé seulement ta main, pourquoi es-tu venue avec le reste ?

 

La femme

Hé bien, le reste est venu pour plaquer cette main sur ta figure si tu continues à me chercher !

 

L’homme

Te chercher ?  C’est justement ma première erreur ! 

Aujourd’hui, je donnerais tout pour te rechercher sans jamais te retrouver, bien sûr !

 

La femme

Là, tu vas trop loin !

 

L’homme

Tu n’as donc pas encore compris ? 

C’est toi qui devrais aller très loin !

 

La femme

Ah, bon !  C’est comme ça ?

Alors, adieu, je vais chez mes parents !

 

 

SUR CES ENTREFAITES, LES ENFANTS RENTRENT DE L’ÉCOLE TOUT JOYEUX

 

Les enfants

Bonjour papa, bonjour maman !

Joyeux anniversaire à tous les deux ! 

Voici notre cadeau pour votre 20ème année de mariage.

Bravo !

 

 

 

Repost 0
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 16:46

CODE DE LA (dé) ROUTE

 

code-de-la-route.jpg

 

Épreuve Orale A L’examen Du Permis De Conduire

 

 

L’examinateur

Voici la première question madame : Vous roulez tranquillement quand vous apercevez soudain une plaque indiquant « virage à droite dangereux ».  Que faites-vous ?

 

La candidate

Hé bien, je tourne rapidement à gauche !

 

L’examinateur

Plus loin, une plaque vous signale « Ralentir travaux ».  Que faites-vous ?

 

La candidate

(Souriante)

C’est un piège que vous tendez là.  Cette signalisation ne me concerne pas du tout.  Elle s’adresse aux ouvriers qu’on a l’habitude de voir travailler lentement.

 

L’examinateur

Dans une circulation à double sens, quelles sont les facultés du conducteur à mettre en éveil ? 

Avez-vous compris la question ?

 

La candidate

C’est vu, oui !  (VueOuïe)

 

L’examinateur

Que faites-vous après avoir renversé un poteau électrique ?

 

La candidate

Je saute de joie, car c’est un véritable exploit !

 

L’examinateur

Sur quelle partie de la chaussée devez-vous circuler ?

 

La candidate

Sur la partie droite si les nids de poule se trouvent à gauche, sur la partie gauche si les nids de poule se trouvent à droite.

 

L’examinateur

Quelles précautions devez-vous prendre en amorçant une descente rapide ?

 

La candidate

J’accélère à fond pour descendre la pente le plus vite possible afin que l’accident n’ait pas le temps de se produire !

 

L’examinateur

Quelles précautions devez-vous prendre avant d’aborder un virage dangereux ?

 

La candidate

Si le virage est très dangereux, je ne l’aborde pas, je fais demi-tour !

 

L’examinateur

Quand utilise-t-on les rétroviseurs ?

 

La candidate

Quand ils ne sont pas cassés.

 

L’examinateur

Quelles précautions devez-vous prendre avant de quitter votre véhicule ?

 

La candidate

Je m’assure qu’il est bien rangé devant un commissariat de police.  Vous savez, avec tous ces voleurs qui courent les rues...

 

L’examinateur

Qu’est-ce qu’une route à grande circulation ?

 

La candidate

Le contraire d’une route à petite circulation.

 

L’examinateur

Qu’est-ce qu’une route secondaire ?

 

La candidate

Une route fréquentée par des lycéens.

 

L’examinateur

Pourquoi les pneus lisses sont-ils interdits ?

 

La candidate

Parce qu’ils ne sont pas autorisés.

 

L’examinateur

Que faites-vous en présence d’un accident de la circulation ?

 

La candidate

Je tombe dans les pommes.

 

L’examinateur

Que représente pour vous la plaque signifiant « sens interdit » ?

 

La candidate

A mon avis, comme son nom l’indique, « Sans interdit » veut dire tout est permis.

 

L’examinateur

A propos de permis, madame, sachez que vous serez obligée de le repasser

 

 

La candidate

Le repasser ?  Ah bon, je ne savais pas que les permis de conduire sont faits en tissu aujourd’hui !

Vraiment, on n’arrête pas le progrès !

 

 

Repost 0
7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 21:00

L’homme : La femme est l’incarnation du mal.  Désirant être l’égale de l’homme, mais ne pouvant pas faire le mâle, elle fait le mal. Ça rime peut-être, mais ça ne rime à rien !

 

La femme : C’est ce que tu viens de dire qui est mal.  Et à propos de rime, saches que tu es vraiment un maladroit pour quelqu’un qui prétend être un mâle adroit !

 

L’homme : Qu’est-ce que je disais !  Quand j’étais célibataire, tu me trouvais pas mal.  Maintenant que je t’ai épousée, voilà que tu ne me trouves plus mâle du tout !

 

La femme : Te rends-tu compte que tu es en train de dire du mal de la femme qui pourrait être la sœur, la mère... ?

 

L’homme : Ah çà !  Tu as raison, la femme c’est bien la mère, mais avec un « l » apostrophe.

 

La femme : Allons ne soit pas odieux.  Sans nous, les femmes, vous seriez bien malheureux, vous, les hommes !


 

L’homme : Encore une fois, tu as raison.  Sans vous, les femmes, nous serions vraiment des mâles heureux.

 

La femme : Tu ne vas pas me dire que tu n’es pas satisfait quand je prépare tes repas et fais tes repassages ?

 

L’homme : Tu sais, pour les repas, il te faut toujours une grande dépense pour faire une petite recette.  Quant au repassage, sans vouloir te froisser, tu repasseras comme on dit, car tout le monde peut le faire même sans fer.

 

La femme : Et les enfants, c’est peut-être toi qui les laves et les habilles ?  La vaisselle et la lessive, c’est encore toi qui t’en occupes !  Quand tu reçois tes amis, c’est toujours toi qui leur prépares le café !

 

L’homme : Arrête !  Arrête !  Sinon tu vas me dire que tu mâches aussi ma nourriture !  Chacun a un rôle à jouer dans un foyer.  Et en ce qui nous concerne, toi tu parles et moi je dégoûte.

 

La femme : Là, tu exagères !  Si moi je suis une femme, toi tu es plutôt infâme !

 

L’homme : Mais c’est toi qui as dit oui pour le nom !

 

La femme : Écoute, si je n’ai pas dit non, c’était pour ménager ton ouïe.

 

L’homme : J’ai demandé seulement ta main, pourquoi es-tu venue avec le reste ?

 

La femme : Hé bien, le reste est venu pour plaquer cette main sur ta figure si tu continues à me chercher !

 

L’homme : Te chercher ?  C’est justement ma première erreur !  Aujourd’hui, je donnerais tout pour te rechercher sans jamais te retrouver, bien sûr !

 

La femme : Là, tu vas trop loin !

 

L’homme : Tu n’as donc pas encore compris ?  C’est toi qui devrais aller très loin !

 

La femme : Ah, bon !  C’est comme ça ? Alors, adieu, je vais chez mes parents !

 

 

SUR CES ENTREFAITES, LES ENFANTS RENTRENT DE L’ECOLE TOUT JOYEUX

 

 

Les enfants : Bonjour papa, bonjour maman ! Joyeux anniversaire à tous les deux !  Voici notre cadeau pour votre 20ème année de mariage. Bravo !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0